Beaucoup d’entre vous se sont émus face à divers abattages de grands arbres dans notre commune, que ce soit à Gastuche (Laurensart) ou – tout récemment – à Pecrot (Florival). Nous aussi. Tout abattage d’arbres est regrettable pour la biodiversité et pour l’environnement. D’autant plus lorsque ces abattages se déroulent en période de nidification, perturbant l’équilibre et le calme nécessaires pour nos amis les oiseaux.

Ces abattages ont été imposés par Infrabel, dans le cadre de la loi du 27 avril 2018 sur la police des chemins de fer, dont l’article 37 stipule : « le gestionnaire de l’infrastructure peut ordonner lui-même (…) l’abattage des arbres dont la chute est imminente, dans une zone de vingt-cinq mètres à partir du rail le plus proche, et qui mettraient en péril la sécurité des personnes, des trains ou des infrastructures ferroviaires. Les propriétaires sont tenus d’obtempérer à cet ordre. À défaut par eux de faire les travaux prescrits dans le délai déterminé, il y est procédé d’office et à leurs frais. »

La Commune n’a donc rien décidé pour ces abattages. Elle ne peut rien y faire si ce n’est procéder à l’exécution et prendre l’arrêté de police indispensable concernant la circulation lors des travaux, ce qui a été fait par le bourgmestre.

Par ailleurs, notre échevine de l’environnement et du bien-être animal, Marie Smets, exige d’ores et déjà des compensations (plantation de haies, d’arbres…). Un plan général de plantation d’arbres sera par ailleurs élaboré. Cela ne changera rien aux abattages, mais au moins les dégâts environnementaux seront compensés.

* Proverbe africain

Share This